Thérèse Tardif

Citations de Thérèse Tardif. Retrouvez une collection de toutes les citations de Thérèse Tardif issues de discours, livres, articles, extraits et autres ouvrages de Thérèse Tardif.

Pour cesser de croire à la vie, il faudrait que D

Pour cesser de croire à la vie, il faudrait que Dieu cessât d’exister !

Le péché nous fait horreur chez les autres. C’es

Le péché nous fait horreur chez les autres. C’est que nous n’en goûtons pas la jouissance.

Seule la volonté soulage, qu’elle soit divine, ch

Seule la volonté soulage, qu’elle soit divine, charnelle, ou simplement intellectuelle.

Il est difficile à supporter le langage de l’homm

Il est difficile à supporter le langage de l’homme qui dit ce que pensent les autres.

L’amitié suppose plus de générosité et l’amour

L’amitié suppose plus de générosité et l’amour plus de sollicitude.

Amitié, degré supérieur de l’amour, sanctuaire

Amitié, degré supérieur de l’amour, sanctuaire où l’on se retire pour méditer le bonheur de l’être aimé.

La noblesse se mesure au traitement de l’esclave a

La noblesse se mesure au traitement de l’esclave asservi.

La vertu des femmes est à la merci des tentations

La vertu des femmes est à la merci des tentations des hommes.

L’amour est le sentiment inaltérable de la posses

L’amour est le sentiment inaltérable de la possession éternelle en soi, d’un objet, d’une pensée, d’un être.

Il n’y a pas de distance entre les êtres. Il suff

Il n’y a pas de distance entre les êtres. Il suffit de consentir à la connaissance.

Le véritable respect connaît le courage du risqu

Le véritable respect connaît le courage du risque.

Le remords, c’est l’horreur d’avoir douté.

Le remords, c’est l’horreur d’avoir douté.

La véritable poésie est faite d’impressions fugi

La véritable poésie est faite d’impressions fugitives.

Ce sont les âmes qui s’attirent ; mais ce sont le

Ce sont les âmes qui s’attirent ; mais ce sont les corps qui s’offrent.

La grandeur de la vie ne fait que plus évident le

La grandeur de la vie ne fait que plus évident le contraste de sa misère.